Quand les immigrés venus d’Europe ont posé leurs valises au Brésil, et dans d’autres pays d’Amérique latine, ils ont emmené avec eux le football, un passe-temps alors réservé aux classes supérieures anglophones des banlieues chics des grandes villes comme Rio de Janeiro et São Paulo.

Sans tarder, cependant, le style et les joueurs européens – comme Arthur Friedenreich, la première star du football brésilien – ont fusionné avec les influences afro-brésiliennes des favelas. Ainsi, l’instinct de survie quotidienne et la virtuosité des pas de samba sont venus se marier au football des classes ouvrières européennes.

Cette approche plus individualiste, qu’ont illustré contre toute attente des joueurs comme Garrincha, est évoquée (notamment sous forme de caricature) dans certaines des plus grandes œuvres de la littérature brésilienne moderne, comme le roman Macunaíma signé Mário de Andrade.

Comment la littérature, la musique et le cinéma ont apporté leur contribution au mythe du « jogo bonito » brésilien ? Et le football fournit-il les clés permettant de comprendre la culture brésilienne dans son ensemble ?

Le Musée du Football mondial de la FIFA vous invite à une conférence gratuite et approfondie sur le sujet dispensée par le professeur Jens Andermann, directeur du Centre de l’Amérique latine de Zurich et rédacteur au Journal des études culturelles sur l’Amérique latine. Une fois la conférence terminée, le public aura l’opportunité de poser des questions.

Date : mercredi 8 février 2017

Heure : 19h30 – 21h00

Langue : anglais

Entrée : gratuite